News

Uliana Chirkova: "Personne n'est en mesure de prédire toutes les conséquences possibles de la pandémie"


Image

Uliana Chirkova a commencé sa carrière de patineuse en artistique, puis a continué avec la danse sur glace. À 12 ans, elle est tombée amoureuse de la synchro et a patiné avec le Team Junost. (Crédits : Eugene Simdyankin- 2020)

Membre du comité technique de patinage synchronisé, Uliana Chirkova de Russie est actuellement à la maison, comme beaucoup d'entre nous. Jura Synchro en a profité pour lui poser quelques questions sur la saison à venir.

Tout d'abord, quelle est la situation actuelle avec le coronavirus en Russie?

Uliana Chirkova: Depuis le 30 mars, notre président a instauré des jours chômés pour tout le monde dans tout le pays. Cela n'a pas affecté les personnes qui travaillent dans des milieux essentiels (comme les médecins, épiceries, réparateurs, etc.)

Depuis le 12 mai, notre pays a commencé progressivement à sortir de la quarantaine et de l'isolation complète. La première étape a par exemple permis la reprise des activités sportives en plein air pour un maximum de deux personnes en même temps, s'il n'y a pas trop de monde dans le parc ou dans le lieu d'entraînement. Il est aussi prévu d'ouvrir des centres commerciaux, des coiffeurs et des cafés.

Cependant, le nombre de personnes contaminées dans notre pays est toujours élevé  mais heureusement chaque jour de moins en moins de cas s'ajoutent. Nous espérons que bientôt nous verrons la lumière au bout du tunnel. En Russie, le pic de l'épidémie est retardé en comparaison avec d'autres pays. C'est pourquoi la levée de la quarantaine pourrait également être prononcée un peu plus tardivement.


Uliana, beaucoup de questions se posent actuellement sur la saison à venir car la synchro est avant tout un sport de contact. Comment analysez-vous la situation?

Il est difficile d'analyser la situation avec Covid-19 et son influence sur notre vie et notre sport. Nous découvrirons pas à pas l'impact de la pandémie, révélant chaque jour de nouvelles réalités et nous essaierons de trouver des moyens de résoudre ces nouveaux problèmes qui nous étaient jusqu'ici inconnus, comme a distance sociale, la limitation des contacts, le port du masque et des équipements de protection, etc.

Il est vrai que le patinage synchronisé est un sport de contact et de masse. C'est d'ailleurs ce qui nous distingue des autres disciplines du patinage artistique - le nombre de patineurs. C'est à la fois notre force et, en fin de compte, en même temps notre faiblesse face à la pandémie. Mais je veux toujours croire au meilleur.

C'est une joie de regarder sur Instagram des équipes qui ont pu recommencer à aller sur la glace. Du moins sans contacts et se tenir pour le début. Mais ça fait du bien de les voir ensemble sur la glace et non à travers l'écran d'un ordinateur. Nous pouvons tous y croire. Bien sûr, la nouvelle réalité sera différente de ce que nous vivions avant la pandémie. Mais je suis convaincue que nous pouvons tous bientôt nous retrouver sur la glace.


Image
Team Unique - Finlande. (Credits: Ice Galaxy - 2020)

Selon vous, si cette situation devait durer, un nombre important d'équipes ne pourront pas s'entraîner ensemble pendant quelques mois. Comment les équipes devraient-elles se préparer pour la saison prochaine?

Puisque notre sport est un sport d'équipe, les entraîneurs doivent penser à la fois au maintien de la forme physique individuelle de chaque patineur et à la préservation de l'esprit d'équipe, à la «cohésion» des patineurs qui a été construite avant l'isolement.

Dans ce défi, tous les moyens sont bons. Il peut s'agir de pratiques en ligne mettant l'accent sur le développement de la force, de la vitesse et de l'agilité. De telles pratiques sont probablement les plus faciles à appliquer. Maintenant, c'est aussi une excellente occasion de travailler sur la souplesse. La danse et le ballet sont probablement les types d'activités les plus difficiles à réaliser en ligne. Certains exercices spéciaux de patinage peuvent également être effectués sans glace.

À mon avis, la mission principale des entraîneurs est maintenant de conserver les patineurs en bonne forme, de les soutenir émotionnellement, de leur faire ressentir le travail d'équipe et qu'ils peuvent toujours compter sur leurs amis. Aucun de nous n'est habitué à travailler à distance et nous en sommes tous stressés. Il est important d'être ensemble et de se soutenir mutuellement.

Garder les mêmes programmes que la saison précédente: est-ce quelque chose que les équipes peuvent imaginer?

Conserver les mêmes programmes que la saison précédente serait une mesure forcée. Mais cela sera probablement d'une grande aide pour les équipes qui ne pourront pas commencer la saison à temps. Ce sera peut-être moins pertinent pour les équipes juniors, car pour la plupart des équipes juniors, la saison a pu être terminée normalement. En effet, les championnats du monde juniors ont eu lieu et malgré le fait que tous les pays n'ont pas pu participer à cette compétition. Toutefois, pour la plupart des équipes juniors, la saison a été clôturée.

Pour les équipes seniors, c'est une autre histoire. Ils n'ont pas eu l'occasion de montrer leurs programmes dans toute leur beauté et arrivés à leur sommet à la fin de la saison aux championnats du monde. Peut-être que certaines équipes voudraient garder les mêmes programmes afin de montrer enfin leur interprétation et leur musique sur lesquels ils travaillent depuis si longtemps.

En même temps, d'autres équipes peuvent aussi décider de tourner une nouvelle page et de recommencer la saison avec des programmes complètement nouveaux. Garder les mêmes programmes que la saison précédente ne signifie pas non plus devoir répéter la saison précédente. Les équipes ont un choix énorme de décisions pour la nouvelle saison, chacun pourra voir ce qui est le mieux pour lui. Et nous, le public, nous serons satisfaits de chaque décision. Et nous admirerons tous les programmes.


Image
Team Passion - Hongrie. (Credits: Ice Galaxy - 2020)

À votre avis, la future saison est-elle menacée?

Personne n'est en mesure de prédire toutes les conséquences possibles de la pandémie sur le monde, sur notre sport et sur chaque patineur et équipe. L'incertitude fait toujours peur. Mais notre objectif est de se préparer à toute situation et de pouvoir s'adapter rapidement à chaque nouvelle réalité qui se présenterait. Quand on image qu'il y a un plan A, un plan B et un plan C, la saison prochaine ne semble pas si effrayante. L'essentiel est de pouvoir commencer. Commencer à patiner, se rencontrer, inviter du public dans les patinoires, et peut-être que tout redeviendra normal. Il est important de s'entraider dans cette situation difficile. Et nous, en tant que sport d'équipe, notre rôle d'entraide doit être encore plus fort. 

Découvrez la partie 2 de l'interview: Uliana évoque les nouvelles lignes directrices et les prochaines décisions de l'ISU.