News

À San Francisco, il faut désormais être vacciné pour s'entraîner


Image

C'est la 23ème saison de Tremors SST aux Etats-Unis. (Crédits : Tremors)

San Francisco est devenue la première grande ville des États-Unis à exiger une preuve complète de vaccination contre la COVID-19 pour pouvoir s'entraîner dans des halles sportives ou pour suivre des cours de synchro. Tremors SST, le plus grand programme de patinage synchronisé de la Bay Area, revient sur cette nouvelle réalité.

"Depuis le 20 août à San Francisco, toutes les personnes âgées de 12 ans et plus doivent présenter une preuve de vaccination complète pour entrer dans les espaces intérieurs, comme les restaurants, les halles de gym, ainsi que les patinoires. Nous devons également garder les masques. Une auto-attestation ou le résultat d'un test Covid négatif n'est pas accepté", commence Zeynep Aydin, ancien coach de l'équipe Vizyon - équipe senior en Turquie, et actuellement coach des équipes Tremors Preliminary et Open Juvenile. Elle aide aussi l'équipe adulte avec la chorégraphie.

Actuellement, près de 80% des personnes éligibles à la vaccination sont entièrement vaccinées dans la ville de San Francisco. L'obligation actuelle vise à protéger les enfants et les personnes qui ne peuvent pas se faire vacciner.



Par chance, les équipes de patinage synchronisé Tremors respectent pour le moment très bien cette nouvelle mesure. Selon les entraîneurs, il n'y a pas eu d'effet négatif pour le moment. "Jusqu'à présent, nous n'avons eu aucune plainte! Nos patineurs et nos familles sont ravis de pouvoir continuer à patiner et d'être de retour sur la glace les uns avec les autres", explique Lindsey Wolkin, directrice et entraîneure-chef de Tremors SST.

"Je pense que les parents se sentent beaucoup plus en sécurité en sachant que tout le monde fait ce qu'il peut pour rester en sécurité et en bonne santé. Nous continuons à nous entraîner avec des masques comme nous le faisions avant cette décision", poursuit Chantal Hersey, cheffe de l'équipe Pré-juvénile et coach adjointe à tous les autres niveaux.

"Cela réduit définitivement le stress"
"Partout dans le monde, le patinage synchronisé a été l'un des sports les plus touchés pendant la pandémie. Devoir garder une distance entre les patineurs n'est pas dans la nature de notre sport. Cela réduit définitivement le stress pour nous de voir les patineurs, les parents, les entraîneurs et les administrateurs faire de leur mieux pour maintenir l'environnement plus sûr et plus sain possible afin que nous puissions pratiquer notre sport comme avant", explique Zeynep Aydin.

Comment faire avec les patineurs qui ne veulent pas se faire vacciner? Y a-t-il un risque qu'ils arrêtent de patiner? "Nous n'avons pas eu à gérer ce genre de cas. Tout le monde fait tout ce qu'il peut pour rester en sécurité et en bonne santé", déclarent les entraîneurs.

"Nous le prenons la situation au jour le jour et sommes reconnaissants de pouvoir patiner à nouveau avec les équipes. Il existe un certain niveau de risque pour toutes les activités sportives. Le patinage synchronisé étant un sport rapide et puissant, nous essayons de prendre toutes les précautions pour assurer que nos athlètes ont l'entraînement physique et mental nécessaire pour réussir. Cela comprend une alimentation saine, un sommeil adéquat, un masque et un lavage des mains pendant l'entraînement sur la glace", expliquent Lindsey Wolkin et Chantal Hersey.


Image
The skaters are getting ready. (Credits: Tremors)

L'avis des patineurs
Martina Lee, patineuse de l'équipe adulte Tremors : "Quand j'ai entendu parler de l'obligation de vaccination pour notre patinoire, j'étais soulagée et heureuse. Cela m'a donné un plus grand sentiment de sécurité, non seulement pour moi-même mais aussi pour les personnes qui nous entourent. Certains d'entre nous vivent avec des colocataires et des familles qui sont plus à risque, donc cette mesure aidera à protéger non seulement les patineurs mais aussi leurs amis et leurs familles."

Anahita Memerzadeh - Tremors Intermediate Skater : "J'ai le sentiment que c'était nécessaire, surtout dans notre sport, puisque nous sommes constamment proches les uns des autres, et étant en Californie, cela me semblait normal et bon de protéger tout le monde autour de nous."

Cela changera-t-il quelque chose pour vous ?
"Cela ne change pas grand-chose pour moi; cela permet à mes coéquipiers et à moi-même de nous sentir en sécurité à la patinoire, surtout avec tout ce qui se passe à l'extérieur de la patinoire", explique Anahita Memerzadeh, 17 ans, patinant sa 5ème année avec Tremors.

Pour Martina Lee, cependant, la situation est devenue toute différente. "Auparavant, je minimisais le temps que je passais à l'intérieur de la patinoire; nous mettions même nos patins à l'extérieur, puis nous nous déplaçions pour l'entraînement. Maintenant, je peux être confiante en sachant que la patinoire prend toutes les précautions nécessaires.  C'est comme si un lourd fardeau m'avait été enlevé sachant que tout le monde est vacciné, même si nous continuons à porter des masques", explique celle qui patine depuis 15 ans et fait partie de l'équipe SF Tremors adulte depuis 4 ans.


Image
Des masques pour patiner en toute sécurité. (Credits: Tremors)

C'est donc dans une toute nouvelle configuration que les équipes Tremors SST débutent cette nouvelle saison. Cette année, ils concourront dans 5 divisions : Préliminaire, Pré-juvénile, Open Juvénile, Intermédiaire et Adulte.