News

L'un des premiers séminaires synchro international depuis le début de la pandémie


Image

Près de 70 patineurs et entraîneurs de cinq pays différents (Belgique, Lituanie, Pays-Bas, Pologne et France) ont participé au séminaire.

Reporté l'an dernier à cause de la situation sanitaire, le séminaire international pour les Novices a pu se dérouler à Dunkerque en France il y a quelques jours. Organisé par la Fédération Française des Sports de Glace (FFSG) et validé par l'ISU, il pourrait se tenir chaque année.

Ratifié par l'Union Internationale de Patinage (ISU), le séminaire international devait d'abord en juin 2020 à Wasquehal, dans le nord de la France. C'est finalement encore plus haut, sur la côte française, à Dunkerque, que le projet de développement a pu voir le jour il y a quelques jours. 


Image
Atelier sur les composantes avec Natacha Pontonnier

L’objectif du séminaire visait à améliorer la formation des patineurs novices et de leurs entraîneurs afin de pouvoir élever le niveau de performance dans cette catégorie. Il s'agit en effet d'une période très importante pour les athlètes qui se préparent aux niveaux juniors et seniors.

Organisé par la FFSG, le séminaire international a rassemblé au total 25 entraîneurs, et 46 patineurs issus de cinq pays (Belgique, Lituanie, Pays Bas, Pologne et France). "Au départ nous devions avoir 52 patineurs, 30 entraîneurs et 7 nations. Avec la pandémie, deux pays se sont désistés et certains entraîneurs sont venus seuls", explique Catherine Glaise, manager des équipes de France de patinage artistique synchronisé depuis 2017. Cette ancienne danseuse sur glace et coach de haut niveau dans cette discipline travaille au sein de la FFSG depuis 2006 en tant que cadre d'état au Ministère des sports.

"Nous y sommes arrivés mais ce fut très compliqué"
Le paramètre "sanitaire" a été l'un des plus gros défis dans l'organisation de ce séminaire international. "Nous y sommes arrivés mais ce fut très compliqué en effet", indique Catherine Glaise, ancienne directrice de pôle Espoir en danse sur glace et cheffe des équipes de France juniors dans cette discipline. 

Les participants n'ont d'ailleurs pas été les seuls bouleversés par les restrictions de voyage. "On s’est aperçu qu’un an après, la pandémie était toujours là et que l’accès aux frontières s’était durci! La formatrice Marylin Langlois (n.d.l.r. coach des Suprêmes à Montréal, Canada) ne pouvait plus venir. Sa remplaçante Daria Kobazeva a vu son visa refusé! Nous avons eu la chance qu’Andrea [Gilardi] soit disponible et ait accepté de venir à notre séminaire", poursuit Catherine Glaise.


Image
Hors glace avec Catherine Papadakis, la mère de la célèbre danseuse sur glace française Gabriella Papadakis.

Alors que le monde du sport a été durement frappé par la pandémie, l'organisation de ce stage international a respecté un protocole sanitaire strict qui a été validé en amont par tous les participants.

"Tout d’abord, nous avons tous présenté un test Covid négatif de moins de 48 heures avant l’ouverture du séminaire. Ensuite, nous portions tous le masque à l’exception des patineurs quand ils étaient sur la glace ou au sol. Les entraîneurs qui devaient être en chambre double ont tous été hébergés seuls. Les patineurs qui devaient être répartis en chambre de quatre ont tous été en chambre double. Pour terminer, tout le monde a respecté la distanciation au cours de ces quatre jours," fait savoir Catherine Glaise qui se réjouit qu'aucun cas de Covid n'a été signalé. 

Parmi les principaux intervenants, les participants ont pu apprendre de Andrea Gilardi, expert de renommé mondial en patinage synchronisé et coach principal des équipes Hot Shivers en Italie. Catherine Glaise: "Andrea a transmis son expertise avec beaucoup de dynamisme, de précision et de générosité. La Fédération française lui en est très reconnaissante."

Catherine Papadakis a également adapté son expertise de la danse sur glace à la pratique synchro (twizzles, travail de carre, unisson, etc.), Mehdi Bouzzine, entraîneur de couple artistique a pour sa part partagé son expertise des pirouettes solos, couples et des spirales. Enfin, Nicolas Bazin, acteur et metteur en scène a mis en place des ateliers d’expression pour les patineurs et des cours pour les entraîneurs exclusivement axés sur le management d’équipe.

"Cette complémentarité des formateurs et la diversité des ateliers ont permis de mettre en place une formation très complète", se réjouit Catherine Glaise.


Image
Travail de carres avec Andrea Gilardi

Ce rendez-vous deviendra-t-il incontournable?
"L’avantage de cette première expérience c’est que la FFSG a prouvé qu’elle était en mesure d’organiser un évènement de qualité à dimension internationale. La structure de Dunkerque a une double piste. Cette année nous n’en avons utilisé qu’une seule mais l’année prochaine, nous pourrions utiliser les deux pistes et permettre à plus de patineurs et d’entraîneurs d’y participer."

"La FFSG souhaiterait que cet évènement soit reconduit chaque année mais cela ne dépend pas que de nous", explique Catherine Glaise qui s'est longtemps engagée dans l'amélioration des qualités de glisse des patineurs artistiques français en élevant le score des composantes dans les programmes.


Image
Parallèlement aux modules de formation, l'objectif était de développer l'entraide et les échanges entre tous les entraîneurs issus de différents clubs et pays.

Le séminaire reviendra-t-il en 2022? Nul ne le sait pour l'heure mais les entraîneurs et patineurs novices pourraient bel et bien garder cela en tête pour l'an prochain.

Catherine Glaise: "Il n’existe pas de séminaire pour ce public (n.d.l.r. Novice) sur le plan international. La FFSG a jugé intéressant surtout après la pandémie et des mois d’arrêt de faire une action envers ces jeunes patineurs. Mon objectif est de travailler avec tous les acteurs de terrain en vue d’aider cette magnifique discipline à se structurer et à performer."